Billets de lindependant

  • OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

    OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

    Souffrance, handicap, vie raccourcie et Milliards perdus sont enfouis dans nos graisses.

    Document élaboré avec la participation d’un diététicien
    (ne s’adresse pas à des malades avec régime spécifique)

    1/ SE CHANGER LES IDÉES … REÇUES 

    Maigrichon ? en Calédonie, lorsqu’une personne est d’un poids équilibré pour sa taille, il n’est pas rare qu’elle s’entende demander si elle n’est pas malade car elle semble maigrichonne !
    Lors d’un reportage au JT du 5/11/2020 de Calédonia TV, une cantinière lance aux enfants : « si vous voulez bien vous porter, il faut beaucoup manger ! ». Changeons ces préjugés faux !


    D'après les psychologues, il y a d'autres raisons
    que les préjugés menant à l'obésité. Tour d'horizon :
     La peur d'avoir faim ou d'être maigre, une addicition progressive à la nourriture (plaisir qu dérape ?), un ressenti faussé de son corps et des conséquences de l'obésité, une maltraitance présente ou passée, une mauvaise estime de soi, l'envie de se punir via son corps, la sensation de calmer des angoisses avec un gros repas, etc. L'obésité est donc un trouble, un symptôme ... qui nous entraine vers des maladies.
    Réfléchir puis décider, discuter avec un psychologue spécialiste, ou participer à des groupes, peut ainsi être très utile.

    Mc do
    "Sacs à Graisse" et puberté : des cellules spécialisées, les adipocytes, stockent la graisse. Quand elles sont pleines (50 fois leur taille vide), elles fabriquent un autre "sac". Quand on maigrit, le nombre d'adipocytes ne diminue pas, ils "maigrissent". La période critique qui crée le plus d'adipocytes si on mange trop est la puberté : la "marche arrière sera ensuite moins facile.


    Les plus pauvres et les moins instruits sont statistiquement plus souvent obèses. Une réflexion/action est utile : sur nous-même, notre vie, nos problèmes (manque d’argent ou de temps pour de ‘bons’ aliments, etc), sur les astuces pour consommer sain pas trop cher, où trouver les bonnes informations, corriger et rattraper nos dérives : pour notre meilleur-être, il faut s’en donner le temps.
    Clairement, notre société trop inégalitaire est aussi à rendre plus juste, ce qui influerait positivement sur ces problèmes.

    La « prédisposition » à l’obésité semble prouvée pour des profils Océaniens, mais ce ne sont que des facteurs de tendance. On peut souvent y faire face avec succès, avec la volonté et quelques connaissances.
    Les autres ethnies (mélanésiens cités parfois à tort), n’ont pas ce facteur. Bien sûr des obésités « constitutionnelles » ou génétiques peuvent exister partout, et relèvent alors de la médecine.

    Techniquement, on devient obèse à force de consommer plus de calories qu’on en dépense : si certains, plus calmes ou plus nerveux consomment plus ou moins de calories, il n’existe pas de personnes qui « profitent » plus ou moins des mêmes calories avalées !
    Rappel simple : le poids qui donne la meilleure santé est entre 5 et 10kg de moins que les centimètres de sa taille : pour 1m60, c’est 50 à 55kg / pour 1m70 c’est 60 à 65kg / pour 1m80 c’est 70 à 75kg

    Lire la suite

  • La Plus Belle Marche - Luc Tournabien

    LA PLUS BELLE MARCHE 1500F
    2018. 160 pages. Disponible à la Librairie Calédolivres (21, rue J. Jaurès, Nouméa ; tél +687 27 38 11 Voir carte.
    Si non disponible, contacter nous (lindependant.knc@gmail.com) pour vente/expédition.

    Egalement en E-book gratuit (mode 'Flip')

    Egalement Version anglaise (mise à jour 2020) : Getting a New Neighbouring country ?

    Auteur : Luc Tournabien 

    Couv 1ere a5​​​​​​​

    ​​​​​​​ Couv 4eme a5​​​​​​​​​​​​​​

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Getting a new pict p1 to inhouse 6 02 2020 page 1

     

     

     

     

     

  • E-Book : Le Sens du "OUI" - Mathias & Louise Chauchat

    E-BOOK : LE SENS DU OUI 
    296 pages.
    Vendu 
    uniquement en  version numérique en ligne, pour 1 Dollar US, soit 100F !!
    Cliquer ici ou en bas de page.

    Auteurs :
    - Mathias Chauchat (Professeur de droit public à l’UNC) -
    - Louise Chauchat (Avocate).

    Les auteurs nous alertent et nous informent très précisément : une indépendance viable, intelligente, adaptée, est juridiquement et économiquement possible et souhaitable, avec un minimum d'honnèteté intellectuelle et de bonne volonté de l'Etat !
     …un texte de référence indispensable !

    Extraits (choisis par lindependant-knc) de thèmes de l’ouvrage :

    - sur la tentation de l’État de revenir sur les engagements de l’ADN en cas de 3ème « NON ».
    Citation de Thierry Lataste : « il n’y aura plus de fondement à tout ce qui déroge à la Constitution (…). Quel corps électoral pour les élections provinciales de 2024 ? Quelles dispositions sur l’emploi local ? ».
    Les auteurs expliquent que « Cette thèse demeure directement contraire à l’irréversibilité de l’Accord, qui résulte explicitement de son point 5 (…) »

    (…) « L’État Français, conformément à son histoire, n’accepte une décolonisation que si on la lui arrache, sans y préparer ses populations. La comparaison des attitudes publiques de la France ou de la Nouvelle-Zélande est éclairante »

    - Sur la nationalité :
       l’article 32-3 du Code civil fournit une première garantie : « Tout Français domicilié à la date de son indépendance sur le territoire d’un État qui avait eu antérieurement le statut de département ou de territoire d’outre-mer de la République, conserve de plein droit sa nationalité dès lors qu’aucune autre nationalité ne lui a été conférée par la loi de cet Etat » (…) « Si le nouvel Etat indépendant prévoit la possibilité pour ses nationaux calédoniens d’avoir une double ou une multiple nationalité, la question sera réglée par les articles 23 à 26 du code civil. »

       Une ordonnance n°80-703 du 5 septembre 1980 (…) a maintenu la nationalité française aux Français domiciliés sur le territoire du Vanuatu à la date du 30 juillet 1980 « quelle que soit leur situation au regard de la nationalité du Vanuatu ».

       « Le passeport du Vanuatu permet d’entrer dans 123 pays sans visa, y compris tous les pays de l’Union européenne, et le Royaume-Uni »

    - Sur la différence entre ‘l’État associé’ (…) et le mot ‘partenariat’ :
       « le partenariat est une voie universelle largement recommandée par l’ONU... »

    - Sur le corps électoral :
       il « n’est plus vraiment gelé. (…) Il ne l’est plus pour les enfants nés au pays (…) du fait d’une jurisprudence contra legem de la Cour de cassation. »

    - Sur l’aide des grands pays dans le Pacifique :
       « l’Australie, avec presque la moitié de l’aide globale (…) la France pour 6,64 % (…). La Chine ne pèse encore que 10,88 % de l’aide aux petits pays insulaires du Pacifique » …

    - Sur les transferts financiers de la France :
       « Les transferts font trois petits tours en Calédonie et repartent largement vers la Métropole » (…) Le solde net (…) est ainsi de (…) 30 milliards (…) »

    - Sur les impératifs sociaux :
       « ne plus ignorer les squats et la nécessité d’un habitat océanien » 

    - Sur la démographie et l’immigration :
       « les Etats membres [de l’ONU, ndlr] adopteront les mesures nécessaires pour décourager ou prévenir l’afflux systématique (…) d’immigrants et de colons (…) qui bouleverse la composition démographique (…) et peut être un obstacle majeur à l’exercice véritable du droit à l’autodétermination et à l’indépendance... »

    POUR ACHETER, cliquer : 

    https://www.kobo.com/ww/fr/ebook/le-sens-du-oui

    Le sens du Oui - La "sortie" de l'Accord de Nouméa eBook by Mathias Chauchat,Louise Chauchat

  • Caledonia Blues

    CALEDONIA BLUES. 1800 F / 15

    2018. 205 pages. 
    Disponible à la Librairie Calédolivres (21, rue J. Jaurès, Nouméa ; tél +687 27 38 11) Voir carte.
    (Mais aussi dans toute bonne librairie, ainsi que sur Amazon ou la FNAC...)


    Auteure : Claudine Jacques

    Caledonia blues
    Notre avis : 

    Un recueil de courtes histoires locales imaginées mais si réelles, pleines d’authenticité et de vérités à voir en face.
    Le lecteur accède aux vies quotidiennes de calédoniens dans leur diversité, des vies simples dans un sens mais si compliquées par divers aléas difficiles, et qui ne peuvent guère être soupçonnées de l’extérieur pour celui qui n’en fait pas partie ou n’est pas à leur contact.
    Vous serez transporté à l’intérieur d’existences à vau-l’eau ou révoltées, abîmées ou belles voire les deux à la fois.
    Et cela par la magie de la plume alerte et précise de Claudine Jacques, parfois dure mais pleine d’empathie discrète, qui joue sur les rebondissements avec un recul plein d’humour parfois grinçant.

  • L'Etat français condamné pour inaction environnementale !

    Justice :

    L’Etat condamné pour manquements
    contre le réchauffement.

    Les ONG qui ont lancé l’assignation de L’État, dite « l’Affaire du siècle » il y a plus de deux ans parlent d’une décision historique. 2,3 millions de personnes avaient signé la pétition qui accompagnait l’assignation : c’est la plus grande pétition de l’histoire du pays.

    L’Affaire du siècle’ : l’État reconnu responsable de manquements

    3 fevrier 2021 : plus de deux ans après l’assignation de l’État français pour "inaction climatique" par quatre ONG (la Fondation Nicolas-Hulot, Oxfam, Greenpeace, Notre affaire à tous), le tribunal administratif de Paris a rendu son jugement: l’Etat est « responsable » de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique

    Dans son jugement sur l’Affaire du Siècle le tribunal administratif de Paris juge « illégal le non-respect par l’État de ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

    L’Etat est également reconnu responsable de « préjudice écologique », indiquent dans un communiqué les quatre ONG, auxquelles l’Etat versera la somme d’un euro symbolique chacune en « réparation de leur préjudice moral »

    Une autre décision à venir dans 2 mois : la condamnation du siècle ? 

    Ce jugement marque aussi une victoire de la vérité : jusqu’ici, l’Etat niait l’insuffisance de ses politiques climatiques par rapport à ses engagements, en dépit de l’accumulation de preuves (dépassement systématique des plafonds carbone, rapports du Haut Conseil pour le Climat, etc.). »

    Néanmoins, le tribunal s’est donné un délai de deux mois (de négociations) avant de statuer sur la nécessité d’enjoindre à l’Etat de prendre des mesures pour respecter ses propres engagements en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

    Voir le jugement

  • VENTE DE VALE, VIOLENCES D’ABUS vs REBELLIONS DE RAGE

    VENTE DE VALE, 

    VIOLENCES D’ABUS vs REBELLIONS DE RAGE

    Ce n’est pas nouveau : les Kanak avaient déjà connu les violences d’abus de la colonisation,
    suivies parfois de rébellions de rage puis de répressions de sang !

    Dans la vente de Vale-NC, il faut le dire et le redire :

    ce sont 'Les Loyalistes' , l’État, et Vale qui sont violents par abus de leurs pouvoirs.

    De ce fait, oui, des indépendantistes, logiquement, se rebellent parfois !
    Si l'ont peut déplorer les dégats, plus visibles, de ces rébellions, il faut surtout voir leurs origines, plus immatérielles, pour qu'elles puissent cesser.


    Voici quelques rappels sur l’empilement des faits qui pèsent, depuis les événements de 1984 jusqu’à la vente de Vale en cours … et l’on pourrait remonter bien plus loin.

    Lire la suite

  • GORO - UNE HISTOIRE SULFUREUSE

    GORO - UNE HISTOIRE SULFUREUSE

    1853 : prise de possession du territoire, l’ensemble des terres est confisqué (dont Goro) par l’État français.

    1920/1936 : l’État français vend des mines, dont celles de Goro, à des sociétés minières japonaises.

    1945 : l’État français confisque (2nde fois) les mines de Goro, aux japonais cette fois, avec tous leurs biens, et les attribue au BRGM

    1966 : De Gaulle visite la NC, promet une 2nde usine de nickel, missionne le BRGM pour former avec Inco la Société Cofimpac : INCO apporte les moyens et un procédé de traitement, le BRGM apporte le gisement et garde 60 % des actions (!!). Mais la baisse des cours fait capoter le projet.

    1992 : l’État français, sous pression de la province Sud, revend (2nde fois) Goro, via la filiale Sopromines du BRGM, pour 3 milliards de FCFP... à INCO et prend au passage modestement cette fois une participation de 10 % des actions de Goro Nickel. Le but de cette précipitation ? Peut-être prendre de vitesse le développement de l'usine du Nord, pour qu'elle échoue faute de main d'oeuvre qualifiée locale entre autres ?

    Valeur estimée du gisement de Goro : 366 millions de tonnes sèches à 1,59 % de nickel contenu, soit 5,8 millions de tonnes de nickel métal, et donc 32 mois à 3 ans de consommation mondiale : à 60.000 tonnes de nickel par an (capacité prévue), cela fait un siècle de production.

    Lire la suite

  • SQUATS 2021 : BIENTÔT DROIT DE CITÉ ?

    Présentation :
    Les ‘squats’ méritent d’être mieux compris, voire soutenus. Par leur discrétion, par l’idée trop répandue d’illégitimité voire d’occupation usurpée, ils sont peu connus voire méconnus. Ils sont ainsi vus comme suspects par tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne les connaissent pas et souvent n’y ont pas mis les pieds, craignant parfois sans aucun fondement une agression. Inversement, c’est souvent un sentiment de culpabilité ou d’impuissance qui nous fait détourner le regard ou l’esprit.

    Nous avons donc plaisir à publier le document ci dessous, à la fois pour balayer ces clichés inappropriés de rejet, pour donner la parole aux acteurs et expliquer leur situation, et bien sûr pour apporter ainsi notre modeste contribution à l’amélioration de leurs situations.
    Sur des questions coutumières qui évidemment nous dépassent, nous transmettons simplement pour information des éléments qui nous sont parvenus, sans prendre parti ou juger.
    Cette analyse est une recherche précise, étayée, honnête et nous l’espérons de progrès, car nous avons un parti pris : il faut trouver les bonnes solutions pour réhabiliter les « squats » !

    Sommaire

    A. LES ‘SQUATS’ DU GRAND NOUMÉA
        1/ Les raisons   2/ L'organisation   3/ Les habitants 4/ La vie quotidienne
    B. LES ‘SQUATS’ DE NOUVILLE
        1/ Présentation des «tribus» de Nouville    2/ Les associations et le Collectif
    C. LES ‘SQUATS’ de KAWATI et de CAILLOU BLEU
        1/ Squat de Kawati    2/ Squat de Caillou Bleu
    D. RÉSORBER LES SQUATS OU LES AMÉNAGER ?
    1/ Des politiques fluctuantes   2/ Abandonnés par les institutions ?   
    3/ Les enjeux d’aménagement et la reconquête de la ville
    4/ Comment aménager ces territoires ?
    E. LA PROPOSITION DE LOI DU PAYS n° 42 DU 22/09/2020 déposée au Congrès

    1/ Les textes  2/ Conclusion

    <><><><><><><><><><><><>

    A. LES ‘SQUATS’ DU GRAND NOUMÉA

    La réappropriation foncière dans le Sud a été débordée par l'habitat spontané (ou squat), essentiellement dans le grand Nouméa : les habitations construites spontanément sur des terrains vagues du Grand Nouméa sont une particularité tolérée du tissu urbain. Leur fragilité tient davantage au contexte politique, ethnique et foncier, qu’à leur nature d'enclaves informelles dans la ville.

       
    1) LES RAISONS

    Les valeurs de Nouméa "ville blanche", justifiées par le Code de l’indigénat en vigueur jusqu’en 1946, se sont construites dans l’histoire par la volonté des colons d'exclure les Kanak de la ville.
    Les premiers squats spontanés de Nouméa sont nés ensuite, par la volonté de certains océaniens de pratiquer une petite agriculture en ville : les premiers squatteurs ont été des petits maraîchers urbains qui ont aménagé des parcelles de cultures vivrières sur des terrains en friche et y ont construit une « cabane » pour entreposer les outils et produits de jardinage.

    1 reduite

    Puis la cabane est peu à peu devenue un lieu de séjour pour les parents et amis de passage. Enfin, l'absence ou l’inadaptation des logements a souvent fini par pousser le cultivateur à s'installer définitivement sur sa parcelle, et donc à améliorer la qualité de son nouvel habitat.

    Par la suite, les besoins de main-d'œuvre pour le nickel, le bâtiment et le développement de la ville, ont été à l'origine de l'arrivée d'une main d'œuvre peu qualifiée et peu chère composée de Kanak venant de brousse mais aussi de Wallisiens et Futuniens.

    Ces communautés étaient au départ établies dans les grands ensembles ouvriers de la périphérie urbaine, mais le nombre de logements sociaux a toujours été insuffisant et leurs aménagements totalement inadaptés aux pratiques des océaniens, qui ont investi peu à peu les espaces plus centraux laissés vacants par la croissance anarchique de la ville, avec des motivations multiples : réduire l’éloignement travail/logement, diminuer des frais de logement prohibitifs, reconstituer un espace de vie semblable à la tribu, etc.

    Aujourd'hui, les logiques combinées de l'accroissement démographique des populations océaniennes, de la saturation du marché immobilier, et de son inadéquation, laissent entrevoir le développement de nouveaux squats dans les espaces vacants du centre puis des périphéries.

    Lire la suite

  • Bonnes et mauvaises nouvelles de Décembre 2020 (Monde)

    Le changement climatique en marche : la nature elle aussi s'adapte comme elle peut :

     E1 bec oiseau adapte
     

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite