Un ados sur deux en surpoids

OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

Souffrance, handicap, vie raccourcie et Milliards perdus sont enfouis dans nos graisses.

Document élaboré avec la participation d’un diététicien
(ne s’adresse pas à des malades avec régime spécifique)

1/ SE CHANGER LES IDÉES … REÇUES 

Maigrichon ? en Calédonie, lorsqu’une personne est d’un poids équilibré pour sa taille, il n’est pas rare qu’elle s’entende demander si elle n’est pas malade car elle semble maigrichonne !
Lors d’un reportage au JT du 5/11/2020 de Calédonia TV, une cantinière lance aux enfants : « si vous voulez bien vous porter, il faut beaucoup manger ! ». Changeons ces préjugés faux !


D'après les psychologues, il y a d'autres raisons
que les préjugés menant à l'obésité. Tour d'horizon :
 La peur d'avoir faim ou d'être maigre, une addicition progressive à la nourriture (plaisir qu dérape ?), un ressenti faussé de son corps et des conséquences de l'obésité, une maltraitance présente ou passée, une mauvaise estime de soi, l'envie de se punir via son corps, la sensation de calmer des angoisses avec un gros repas, etc. L'obésité est donc un trouble, un symptôme ... qui nous entraine vers des maladies.
Réfléchir puis décider, discuter avec un psychologue spécialiste, ou participer à des groupes, peut ainsi être très utile.

Mc do
"Sacs à Graisse" et puberté : des cellules spécialisées, les adipocytes, stockent la graisse. Quand elles sont pleines (50 fois leur taille vide), elles fabriquent un autre "sac". Quand on maigrit, le nombre d'adipocytes ne diminue pas, ils "maigrissent". La période critique qui crée le plus d'adipocytes si on mange trop est la puberté : la "marche arrière sera ensuite moins facile.


Les plus pauvres et les moins instruits sont statistiquement plus souvent obèses. Une réflexion/action est utile : sur nous-même, notre vie, nos problèmes (manque d’argent ou de temps pour de ‘bons’ aliments, etc), sur les astuces pour consommer sain pas trop cher, où trouver les bonnes informations, corriger et rattraper nos dérives : pour notre meilleur-être, il faut s’en donner le temps.
Clairement, notre société trop inégalitaire est aussi à rendre plus juste, ce qui influerait positivement sur ces problèmes.

La « prédisposition » à l’obésité semble prouvée pour des profils Océaniens, mais ce ne sont que des facteurs de tendance. On peut souvent y faire face avec succès, avec la volonté et quelques connaissances.
Les autres ethnies (mélanésiens cités parfois à tort), n’ont pas ce facteur. Bien sûr des obésités « constitutionnelles » ou génétiques peuvent exister partout, et relèvent alors de la médecine.

Techniquement, on devient obèse à force de consommer plus de calories qu’on en dépense : si certains, plus calmes ou plus nerveux consomment plus ou moins de calories, il n’existe pas de personnes qui « profitent » plus ou moins des mêmes calories avalées !
Rappel simple : le poids qui donne la meilleure santé est entre 5 et 10kg de moins que les centimètres de sa taille : pour 1m60, c’est 50 à 55kg / pour 1m70 c’est 60 à 65kg / pour 1m80 c’est 70 à 75kg

2/ CONTROLER NOS RECIPIENTS3 assiettes

- L’assiette : en Calédonie, comme dans bien d’autres pays, les anciens mangeaient dans un plat commun, et arrêtaient quand ils navaient plus faim ; l’on finissait éventuellement le plat au petit déjeuner. Puis sont venues les assiettes, avec 2 problèmes : l’idée qu’il ne faut pas gaspiller, qu’il faut finir à tout prix (avant, il n’y avait pas de frigo...), et ... la taille des assiettes qui a augmenté !
Se forcer à finir, c’est envoyer tout droit la nourriture gonfler notre stock de graisse ! Servons-nous raisonnablement, évitons les grandes assiettes, et n’hésitons pas à mettre au frigo le reste du repas !

- Le bol : pour le thé/café notamment, il est l’occasion de verser un excès incontrôlé de sucre en poudre.
Préférons les carrés de sucre et comptons les, en essayant de les diminuer peu à peu (1 à 2 carrés par bol) ; sinon, comptons les petites cuillères de sucre (1 à 2 cuillères à café bombées).

- La bouteille / canette :
* Seule l’eau est indispensable, et elle a Zéro calorie ! Dire que l’eau du robinet n’est pas sûre est souvent un prétexte qui arrange bien les accros du sucre ou de l’alcool ! Et les liquides créés en bouteille contiennent quasiment tous des « saloperies » (image) bien plus mauvaises que l’eau du robinet !

* Si nous prenons de l’eau en bouteille, préférons l’eau « de source » à l’eau « minérale » qui a, justement, trop de minéraux : c’est une eau pour des régimes spéciaux. Et elle est plus chère !Boissons sucrees

* Si nous achetons des jus, inutile de prendre des « Nectars ». Regardons l’étiquette : ce sont des jus ou pulpes coupés de moitié d’eau, avec plein d’additifs et du sucre pour renforcer le goût. Et vendus plus cher ! Préférons les jus de fruit 100 %, et ajoutons nous-même de l’eau, ce sera plus sain et moins cher.

* L’alcool n’est pas une boisson, mais un alibi inefficace pour traiter nos malaises et problèmes. Les plus pauvres, partout dans le monde, en consomment plus, et aggravent ainsi leurs problèmes : les océaniens ne boivent pas plus d’alcool parce qu’ils sont océaniens mais parce qu’ils sont souvent plus pauvres. S’alcooliser c’est manquer de respect pour son corps (désolé), l’abîmer et en subir les conséquences assez vite, avoir ensuite de gros problèmes de santé.

L’alcool « cuit » les artères. Très calorique (pour 100g : alcool = 700Calories / Sucres = 400 Cal / Graisses = 900Cal). Il passe vite dans le sang et favorise le stockage des graisses (à la taille).

Notre cri du cœur est donc notre cri du corps : évitons l’alcool, faisons nous le plaisir de préserver notre corps, de maîtriser notre esprit. A défaut, arrêtons à temps (1 ou 2 verres), ne finissons pas à tout prix, et gardons pour une autre fois. Aidons aussi notre groupe à préférer ces bonnes options.

 

3/ C’EST (aussi) LA FAUTE AU…CAPITALISME !Caisse sucree

- Nous, on encaisse le coup, eux ils encaissent les sous : le capitalisme estime que le salut est dans l’abondance de biens et de consommation. Il enrichit ceux qui vendent beaucoup et pour ça il faut beaucoup de gens qui consomment beaucoup : nous. Alors la pression est partout : publicités, promotions, exposition dans les magasins, emplacements de vente, clips, etc.

- Les grands fabricants/vendeurs ont leurs relais chez les politiques : il est dur de faire abroger les lois qui nous piègent, ou d’en faire voter qui nous protègent contre nous-même (et nos enfants). Exemple la Société Le Froid a organisé le marché noir d’alcool, des fabricants locaux rajoutent du sucre dans les sodas, des commerces mettent les sucreries près des caisses (ce qui devrait être interdit), etc.

Alors tant que les pièges ne disparaissent pas, détectons les, évitons les. Lisons les étiquettes, suivons plus notre intelligence que nos impulsions. Sachons qu’on est manipulés et résistons !

4/ AMÉLIORONS nos connaissances diététiques

Pour être simple, voici un repas type permettant d’être stable en bonne santé avec le plaisir de manger, pour un adulte moyen : vous modulerez suivant le verdict de la balance (il en faut une !). C’est simple, il faut diminuer les céréales et féculents/racines, et compenser en mangeant plus de ce qui est « à volonté ».
 Si vous savez « jouer » avec un tableau « Excel », cliquez :
Calcul ration de base + Mes Simulations (2 onglets).

PETIT DEJEUNER
- Lait 1/2 écrémé : 1/3 l (330g ou ml) + 1/3 baguette pain (100g)

- Beurre/margarine : 20g (équivalent d’une cuillère à soupe rase) + Confiture : 20g (idem)

- Sucre : 16g (= 2 carrés ou une cuillère à soupe rase) ou chocolat poudre idem + 1 petit fruit (100g)

+ Café ou Thé (pas de calorie)

REPAS DU MIDI ET DU SOIR  (un vrai repas, pas un gros plat unique qui nous fera plus grossir !)
1/ Entrée à volonté : crudités : tomate, salade, choux, concombre, maïs, papaye verte, pourpier, pousses de soja et de bambou, radis, carotte râpée, cœur de palmier, chou sauvage, pomé, laiteron, fanes de radis, ou de carottes, gros thym, oignon vert, coriandre, persil Thai, cresson, feuilles/fleurs de pois cassé, etc !

     Toutes ces crudités n'ont qu'environ 30 Cal/100g, alors allons-y ! Mais attention à la vinaigrette huilée !

2/ Plat principal :

    a) 100g à 150g de viande ou poisson, ou 2 œufs (à répartir au choix sur les deux repas)

    b) 150g de céréales (poids cuit : riz, pâtes, semoule, quinoa, etc.) ou féculents/racines (p. de terre, taro, patate douce, igname, manioc, etc.) :
        quantités à ajuster pour maigrir plus ou moins.

    c) légumes cuits à volonté ! (pas de liste, elle est trop longue ! Allons voir au marché :-)

3/ DEUX ‘desserts’ : 1 laitage (yaourt, fromage blanc, flan, petite part de fromage, ou gruyère rapé dans le plat principal)  +  1 fruit

EXPLICATIONS
1/ sur les repas (midi comme soir) :
Les 4 plats surprennent les habitués d’un seul. D’autres y sont déjà, pour plaisir et santé. Avantages :

- Les crudités apportent beaucoup de vitamines, sels minéraux et celluloses qui aident le corps à fonctionner, facilitent la digestion, et remplissent l’estomac avec très peu de calories.

- Le plat principal est alors moins copieux. Il apporte des calories, et des protides pour fabriquer des cellules neuves, et encore des fibres (bon aussi contre la constipation).

- Les desserts apportent du calcium pour les os, des vitamines variées pour résister aux maladies, et un peu de sucre ‘rapide’ pour un résultat immédiat du repas. (les cantines devraient avoir ces 2 desserts).

- Selon sensations et volonté, on peut parfois remplacer un repas par une soupe, ou une grosse salade de crudités avec poulet ou œufs ou thon par exemple, ce qui ferait « sauter » les céréales / féculents.

2/ sur le petit déjeuner

- Si vous avez du mal à manger le matin, ne le faites pas au saut du lit mais un peu plus tard : ne pas déjeuner, c’est souvent manger plus le midi, et le corps qui reçoit trop va stocker.

- Eviter les « SAO », gras, salés, pleins de produits chimiques (lire la composition …) ; si vous prenez des biscuits, alors supprimez le beurre, et diminuez le poids par rapport au pain.
- Le lait n’est pas nécessaire si vous êtes adulte et prenez des laitages aux autres repas.

Note : une petite balance de cuisine électronique est utile (± 2000 F) pour peser de temps en temps et nous habituer à avoir l’œil. Sinon, évaluons les poids d’aliments : 100g = poids moyen d’un oignon, d’un Kiwi, d’une poire, d’une tablette de chocolat fine. 150g = poids moyen d’une grosse poire, d’une pomme.

MODES DE CUISSON
- Évidemment la friture fait grossir ! Pour les accros, il est possible de faire dorer à la poêle, ou barbecue, au four, avec TRES peu de graisse. Outre la cuisson à l’eau, pensons à la marmitte à pression : économies de gaz/électricité, plus rapide, et détruit moins les vitamines qu’à l’eau ; et non, ça n’explose pas !


LES BOISSONS

- A table, vous pouvez boire de l’eau à volonté ; certains boivent avant pour couper un peu l’appétit.

- Thé / café possible, diminuer alors le sucre du repas si vous en mettez. Éviter les jus, ou coupez les d’eau.
- L’alcool est TRÈS calorique, et n’est bon que dans les pubs mensongères payées par les lobbies d’alcool.

    En complément, lisez notre annexe .pdf de 2 pages « connaissons les aliments » : cliquez ici

 

 

Obésité diététique poids aliments graisse

Ajouter un commentaire