LINDEPENDANT

Site indépendantiste et "indépendant". Démontrer honnêtement c'est convaincre durablement.

  • Les PROMESSES de l'HYDROGENE

    UN DOCUMENT COMPLET sur les perspectives d'utilisation prochaine de l'HYDROGENE
    Par LA RECHERCHE - SCIENCE ET AVENIR  MARS 2021.
    13 pages, gros caractères (tps lecture : 15mn)

    A noter que ce document fait état (cf p. 11) de gisements d'hydrogène natif en Nouvelle-Calédonie !!
    Tout comme un autre document du Point, plus ancien (2016) 
    En savoir plus serait potentiellement très utile à notre pays, record mondial d'émission de CO2 par habitant !
    Avis à nos associations environnementales et à nos chercheurs ...



    (Cliquer sur la photo)

    Titre promesses h2

  • 'NOTRE' ÉCOLE : PLAIDOYER POUR CHANGER !

    Remerciements à l'UGPE pour son précieux concours à cet article, via des membres de son bureau.

    1/ DE GROS PROGRÈS … mais.

    - Avant 1774 : depuis des millénaires, la civilisation mélanésienne s’est construite, et a su organiser depuis l’asie du sud-est, les premiers et plus gigantesques périples et découvertes de l’humanité pour l’époque. Elle a entre autres peuplé le pays, a éduqué ses enfants selon ses valeurs et ses croyances propres, leur transmettant des connaissances importantes dans bien des domaines : des pharmacologies aux constructions, à l’agriculture en terrasses, murets et billons sur des kilomètres, aux langues multiples et aux transmissions orales de son histoire et de sa culture, à la navigation lointaine avec ses échanges culturels, etc.

    - de 1774 à 1953 : le monde Kanak est vite déstructuré, quasiment anéanti par la mortalité des maladies importées et par le nouvel arrivant plus puissant qui lui impose notamment le cantonnement, le travail forcé (et l’impôt) pour construire la colonisation (!), l’interdiction de suivre ses traditions, croyances et langues.
    Il est aussi écarté de toute alternative de scolarisation pendant ce premier siècle de colonisation, étant considéré comme incapable (bien que pour le moins aussi civilisé que nombre des arrivants !), puis en voie d’extinction. Il s’agissait donc au mieux de sauver certaines âmes de ‘sauvages’ en les rendant aptes à lire la bible, ce dont les religieux se sont occupés, allant parfois plus loin pour en faire des relais de la foi, et/ou motivés par l’empathie.
    Le Monde non Kanak, lui, bénéficie uniquement pour ses quelques cadres militaires ou civils d'un enseignement de base de type métropolitain, jusqu'au collège, essentiellement sur Nouméa, et d'un embryon d'écoles primaires via l'enseignement religieux ou privé, parfois public en quelques lieux.

    - En 1953 seulement, l’école européenne primaire est devenue gratuite et obligatoire ; et l’école secondaire s’est ouverte aux kanak peu à peu, à partir de 1956, avec encore bien des réticences.

    - En 1979, l’Eglise Evangélique prend position pour l’indépendance et fonde le premier lycée Kanak (Do Kamo) destiné à former les futurs cadres du pays indépendant et à permettre aux jeunes des tribus des Iles et de la Grande Terre de poursuivre plus facilement leurs études.

    - Dès 1984, l’un des challenges des indépendantistes était de former une génération capable de diriger le pays. Les EPK nées des tripes du peuple Kanak illustrèrent une soif farouche de réappropriation de l’instruction, des programmes et de la pédagogie, pendant que l’amorce d’une université (1987), voulait créer des cadres, parallèlement à l’opération « 400 cadres » de 1989 puis « Cadres Avenir », issues des accords et appliquées avec volontarisme.

    - En 1998, l’école était encore l’un des enjeux du renoncement au référendum, car outre la probabilité alors forte de perdre cette consultation, le monde Kanak était conscient de sa faible implantation dans les « hautes sphères » du pouvoir à prendre.

    - Actuellement, le pays a plusieurs dizaines de titulaires de doctorats (bac + 8 ans), plusieurs centaines de Masters (+ 5 ans), plusieurs milliers de licenciés (+ 3 ans) et des dizaines de milliers de bacheliers.
    Le nombre de non-Kanak locaux, diplômés et citoyens, ayant lui aussi explosé (et davantage encore, leurs milieux étant globalement moins défavorisés), le pays peut s’estimer prêt à se prendre en charge entièrement (même en complétant avec de la coopération), mieux que par des expatriés que nous encadrons peu, et qui montrent les limites de leur savoir-faire dans un contexte qu’ils ne maîtrisent pas, ou mal.

    Évolution de nos diplômés en chiffres (sur les 15 – 64 ans)

    Dans la population kanak (chiffres fiables assez rares) :4 l egalite n est pas la justice
    Les sans diplômes sont passés de 80 % en 1989 à 36 % en 2014.
       (de 49 % à 17 % pour les non kanak).
    Les bacheliers sont passés de 1 % en 1989 à 9 % en 2009 (2014 = ?).
       (de 9% à 18 % pour les non kanak).
    Les diplômés universitaires sont passés de 0,2 % en 1989 à 5 % en 2014.
       (de 6 % à 28 % pour les non-kanak).

    Lire la suite

  • ACCORD VALE : UNE TRANSITION OBLIGÉE ?

    (Article mis à jour le 26/03/2021)

     

    ACCORD VALE : UNE TRANSITION OBLIGÉE ?

    L'accord avec Vale, effectivement historique à certains égards, soulève toutefois beaucoup d'interrogations auxquelles il conviendra de répondre. 
    LINDEPENDANT-KNC propose ici en toute modestie quelques pistes de réflexions.

    UN ACCORD À REMANIER DANS QUELQUES ANNÉES ?

    - La production de « nickel qualité batterie » est temporaire : si l’avenir proche est manifestement au boom de cette alternative au moteur à explosion, deux virages sont déjà pris :

         a) le moteur à hydrogène progresse à grands pas. Paris par exemple vient de s’équiper de 600 taxis à hydrogène, et vise 10 000 à terme. Tesla nous informe d’ailleurs dans son MoU qu’il explorera également les opportunités de génération et de stockage d'énergies renouvelables : il s’y emploiera chez nous, ce qui est bien, mais à terme l’hydrogène devrait rendre inutiles les grosses batteries électriques, et Tesla s’y prépare. A nous de le faire également.

         b) les batteries vont, en attendant, évoluer pour devenir plus abordables. Tesla affirmait encore fin février pouvoir prochainement se passer de nickel, et s’il y a bien sûr une part de bluff, il n’empêche que le type d’alliage de nickel actuel, et donc notre procédé, seront probablement remis en cause à terme.

    - Les résultats de l’ultime consultation pourraient rebattre des cartes, car si le pays accède à l’indépendance, il est probable que les exigences exprimées récemment se feront plus pressentes : intervention d’un spécialiste en hydrométallurgie pour développer des procédés permettant au pays d’aller davantage jusqu’au produit fini avec de plus grands bénéfices. Restrictions plus sévères sur les exportations de minerai qui dilapident notre richesse. Contrôle plus avancé du pays sur ses industries, etc.
    Si jamais le « non » l’emportait, notre « capacité de nuisance » (comme disait Mitterrand à J.-M. Tjibaou) reste forte pour contrer d’autres abus et risques.

    - En septembre 2024, un « bilan des résultats industriels et financiers » est prévu, qui pourrait amener à de « nouveaux partenariats industriels » … et donc au retrait d’anciens ?

    Lire la suite

  • OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

    OBÉSITÉ : nos PISTES contre le HORS-PISTE

    Souffrance, handicap, vie raccourcie et Milliards perdus sont enfouis dans nos graisses.

    Document élaboré avec la participation d’un diététicien
    (ne s’adresse pas à des malades avec régime spécifique)

    1/ SE CHANGER LES IDÉES … REÇUES 

    Maigrichon ? en Calédonie, lorsqu’une personne est d’un poids équilibré pour sa taille, il n’est pas rare qu’elle s’entende demander si elle n’est pas malade car elle semble maigrichonne !
    Lors d’un reportage au JT du 5/11/2020 de Calédonia TV, une cantinière lance aux enfants : « si vous voulez bien vous porter, il faut beaucoup manger ! ». Changeons ces préjugés faux !


    D'après les psychologues, il y a d'autres raisons
    que les préjugés menant à l'obésité. Tour d'horizon :
     La peur d'avoir faim ou d'être maigre, une addiction progressive à la nourriture (plaisir quI dérape ?), un ressenti faussé de son corps et des conséquences de l'obésité, une maltraitance présente ou passée, une mauvaise estime de soi, l'envie de se punir via son corps, la sensation de calmer des angoisses avec un gros repas, etc. L'obésité est donc un trouble, un symptôme ... qui nous entraine vers des maladies.
    Réfléchir puis décider, discuter avec un psychologue spécialiste, ou participer à des groupes, peut ainsi être très utile.

    Mc do
    "Sacs à Graisse" et puberté : des cellules spécialisées, les adipocytes, stockent la graisse. Quand elles sont pleines (50 fois leur taille vide), elles fabriquent un autre "sac". Quand on maigrit, le nombre d'adipocytes ne diminue pas, ils "maigrissent". La période critique qui crée le plus d'adipocytes si on mange trop est la puberté : la "marche arrière" sera ensuite moins facile.


    Les plus pauvres et les moins instruits sont statistiquement plus souvent obèses. Une réflexion/action est utile : sur nous-même, notre vie, nos problèmes (manque d’argent ou de temps pour de ‘bons’ aliments, etc), sur les astuces pour consommer sain pas trop cher, où trouver les bonnes informations, corriger et rattraper nos dérives : pour notre meilleur-être, il faut s’en donner le temps.
    Clairement, notre société trop inégalitaire est aussi à rendre plus juste, ce qui influerait positivement sur ces problèmes.

    La « prédisposition » à l’obésité semble prouvée pour des profils Océaniens, mais ce ne sont que des facteurs de tendance. On peut souvent y faire face avec succès, avec la volonté et quelques connaissances.
    Les autres ethnies (mélanésiens cités parfois à tort), n’ont pas ce facteur. Bien sûr des obésités « constitutionnelles » ou génétiques peuvent exister partout, et relèvent alors de la médecine.

    Techniquement, on devient obèse à force de consommer plus de calories qu’on en dépense : si certains, plus calmes ou plus nerveux consomment plus ou moins de calories, il n’existe pas de personnes qui « profitent » plus ou moins des mêmes calories avalées !
    Rappel simple : le poids qui donne la meilleure santé est entre 5 et 10kg de moins que les centimètres de sa taille : pour 1m60, c’est 50 à 55kg / pour 1m70 c’est 60 à 65kg / pour 1m80 c’est 70 à 75kg

    Lire la suite

  • SOMMAIRE CULTURE (cliquer)

    tableau 

  • La Plus Belle Marche - Luc Tournabien

    LA PLUS BELLE MARCHE 1500F
    2018. 160 pages. Disponible à la Librairie Calédolivres (21, rue J. Jaurès, Nouméa ; tél +687 27 38 11 Voir carte.
    Si non disponible, contacter nous (lindependant.knc@gmail.com) pour vente/expédition.

    Egalement en E-book gratuit (mode 'Flip')

    Egalement Version anglaise (mise à jour 2020) : Getting a New Neighbouring country ?

    Auteur : Luc Tournabien 

    Couv 1ere a5​​​​​​​

    ​​​​​​​ Couv 4eme a5​​​​​​​​​​​​​​

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Getting a new pict p1 to inhouse 6 02 2020 page 1

     

     

     

     

     

  • E-Book : Le Sens du "OUI" - Mathias & Louise Chauchat

    E-BOOK : LE SENS DU OUI 
    296 pages.
    Vendu 
    uniquement en  version numérique en ligne, pour 1 Dollar US, soit 100F !!
    Cliquer ici ou en bas de page.

    Auteurs :
    - Mathias Chauchat (Professeur de droit public à l’UNC) -
    - Louise Chauchat (Avocate).

    Les auteurs nous alertent et nous informent très précisément : une indépendance viable, intelligente, adaptée, est juridiquement et économiquement possible et souhaitable, avec un minimum d'honnèteté intellectuelle et de bonne volonté de l'Etat !
     …un texte de référence indispensable !

    Extraits (choisis par lindependant-knc) de thèmes de l’ouvrage :

    - sur la tentation de l’État de revenir sur les engagements de l’ADN en cas de 3ème « NON ».
    Citation de Thierry Lataste : « il n’y aura plus de fondement à tout ce qui déroge à la Constitution (…). Quel corps électoral pour les élections provinciales de 2024 ? Quelles dispositions sur l’emploi local ? ».
    Les auteurs expliquent que « Cette thèse demeure directement contraire à l’irréversibilité de l’Accord, qui résulte explicitement de son point 5 (…) »

    (…) « L’État Français, conformément à son histoire, n’accepte une décolonisation que si on la lui arrache, sans y préparer ses populations. La comparaison des attitudes publiques de la France ou de la Nouvelle-Zélande est éclairante »

    - Sur la nationalité :
       l’article 32-3 du Code civil fournit une première garantie : « Tout Français domicilié à la date de son indépendance sur le territoire d’un État qui avait eu antérieurement le statut de département ou de territoire d’outre-mer de la République, conserve de plein droit sa nationalité dès lors qu’aucune autre nationalité ne lui a été conférée par la loi de cet Etat » (…) « Si le nouvel Etat indépendant prévoit la possibilité pour ses nationaux calédoniens d’avoir une double ou une multiple nationalité, la question sera réglée par les articles 23 à 26 du code civil. »

       Une ordonnance n°80-703 du 5 septembre 1980 (…) a maintenu la nationalité française aux Français domiciliés sur le territoire du Vanuatu à la date du 30 juillet 1980 « quelle que soit leur situation au regard de la nationalité du Vanuatu ».

       « Le passeport du Vanuatu permet d’entrer dans 123 pays sans visa, y compris tous les pays de l’Union européenne, et le Royaume-Uni »

    - Sur la différence entre ‘l’État associé’ (…) et le mot ‘partenariat’ :
       « le partenariat est une voie universelle largement recommandée par l’ONU... »

    - Sur le corps électoral :
       il « n’est plus vraiment gelé. (…) Il ne l’est plus pour les enfants nés au pays (…) du fait d’une jurisprudence contra legem de la Cour de cassation. »

    - Sur l’aide des grands pays dans le Pacifique :
       « l’Australie, avec presque la moitié de l’aide globale (…) la France pour 6,64 % (…). La Chine ne pèse encore que 10,88 % de l’aide aux petits pays insulaires du Pacifique » …

    - Sur les transferts financiers de la France :
       « Les transferts font trois petits tours en Calédonie et repartent largement vers la Métropole » (…) Le solde net (…) est ainsi de (…) 30 milliards (…) »

    - Sur les impératifs sociaux :
       « ne plus ignorer les squats et la nécessité d’un habitat océanien » 

    - Sur la démographie et l’immigration :
       « les Etats membres [de l’ONU, ndlr] adopteront les mesures nécessaires pour décourager ou prévenir l’afflux systématique (…) d’immigrants et de colons (…) qui bouleverse la composition démographique (…) et peut être un obstacle majeur à l’exercice véritable du droit à l’autodétermination et à l’indépendance... »

    POUR ACHETER, cliquer : 

    https://www.kobo.com/ww/fr/ebook/le-sens-du-oui

    Le sens du Oui - La "sortie" de l'Accord de Nouméa eBook by Mathias Chauchat,Louise Chauchat

  • Caledonia Blues

    CALEDONIA BLUES. 1800 F / 15

    2018. 205 pages. 
    Disponible à la Librairie Calédolivres (21, rue J. Jaurès, Nouméa ; tél +687 27 38 11) Voir carte.
    (Mais aussi dans toute bonne librairie, ainsi que sur Amazon ou la FNAC...)


    Auteure : Claudine Jacques

    Caledonia blues
    Notre avis : 

    Un recueil de courtes histoires locales imaginées mais si réelles, pleines d’authenticité et de vérités à voir en face.
    Le lecteur accède aux vies quotidiennes de calédoniens dans leur diversité, des vies simples dans un sens mais si compliquées par divers aléas difficiles, et qui ne peuvent guère être soupçonnées de l’extérieur pour celui qui n’en fait pas partie ou n’est pas à leur contact.
    Vous serez transporté à l’intérieur d’existences à vau-l’eau ou révoltées, abîmées ou belles voire les deux à la fois.
    Et cela par la magie de la plume alerte et précise de Claudine Jacques, parfois dure mais pleine d’empathie discrète, qui joue sur les rebondissements avec un recul plein d’humour parfois grinçant.